Je suis de retour.

Et c'est loin d'être une bonne nouvelle. Si j'ai à nouveau besoin de poser mes histoires sur l'écran, c'est que ça va mal.
J'ai pu m'en passer pendant plus d'un an, emportée par le tourbillon parisien.

Je n'ai même pas pris le temps de raconter, pour moi, pour m'en rappeler, les choses qui ont compté cette année.

Je n'ai pas raconté les yeux bleus de A. Ces retrouvailles dont je rêvais depuis bientôt 10 ans. Comment j'ai merdé.
Je n'ai pas raconté comment Paul m'a quitté. Comment on a continué de se voir, parce que je ne peux pas me passer de lui. 
Je n'ai pas raconté que j'ai revu Mathieu, une fois. Que je n'ai pas revu Yves.
Je n'ai pas raconté que j'ai essayé de reprendre contact  avec Léo. Puis que j'ai relu son dernier mail. J'avais oublié la douleur?
Je n'ai pas raconté ma rencontre avec Ivan. Comment je ne suis pas amoureuse et que ça rendait les choses simples. Comment je ne suis toujours pas amoureuse mais juste capricieuse.

Je me sens vide. Je n'ai envie de rien. Je me réveille en ayant envie de rester au lit toute la journée.
J'ai ces poches énormes sous les yeux. Ces cernes. Le teint blafard.
Je souris plus. J'ai envie de voir personne. En même temps, je ne supporte pas d'être seule.

Paul me manque. J'ai envie que A. soit amoureux de moi. 

J'ai envie de retomber amoureuse. J'ai envie de reprendre des  décisions à la con, sur un coup de tête.
Envie d'avoir des remords, pas des regrets.
Mais j'ai plus d'energie, plus de conviction.

Je crois m'être plantée dans mon choix d'études. C'est ballot de s'en rendre compte 3ans après avoir été diplômée.
Ma famille va mal. J'vais mal.

Bref, c'est le bordel dans ma tête, et j'suis de retour ici.